AGENDA :





vendredi 22 mai 2015

L'ÎLE DES JUSTES : la presse en parle (2)

"L'île des justes" a aussi séduit la rédaction du site "Auracan", qui a récemment publié cet article :
 

L'Ile des Justes

L'histoire est un éternel recommencement
La Seconde Guerre mondiale a apporté son lot d'exactions et d'horreurs dans toute l'Europe, et la Corse n'a malheureusement pas fait exception.
Nous sommes au début de l'été 1942 à Marseille et la famille Cohen ne se sent plus en sécurité sur le continent. Elle décide de rallier la Palestine en passant par la Corse. Hélas, Henri, le père de Sacha, va être arrêté par la police française puis déporté pour ne jamais réaliser son rêve. Capturée à son arrivée en Corse, Suzanne, la mère, finit par retrouver son fils qui a été recueilli par des insulaires.
Entre un préfet qui se prend d'amitié pour Suzanne, et un commissaire suspicieux qui n'a qu'un objectif, celui de rafler tous les juifs pour les faire déporter, sans parler des dénonciations de villageois bien pensants et d’un curé qui met sa vie en danger pour les sauver, la vie de nos expatriés n'est pas simple... Qu'adviendra-t-il d'eux ? Arriveront-ils à rejoindre la Palestine, la terre d'accueil tant espérée ?
Les récits sur la Seconde Guerre fleurissent, se ressemblent souvent mais celui-ci est plutôt original, ne serait-ce que par le lieu où il se déroule. Mais heureusement, ce n'est pas que ça ! Stéphane Piatzszek réalise un scénario des plus réussis, avec la présence, tantôt de personnages attendrissants, tantôt d'autres abjects jusqu'au bout des ongles ! De l'espoir au désespoir, nos deux êtres sont ballotés dans un univers qu'ils ont toutes les peines du monde à maitriser. Le dessin réaliste d'Espé sert particulièrement bien le scénario, de la bonhomie des personnages du curé et du préfet aux faciès ignobles du commissaire de Police et de ses sbires, le tout dans le décor de l'île de Beauté qui porte si bien son nom. On s'attardera particulièrement sur les belles couleurs chaudes d'Irène Häfliger qui viennent égayer le récit.
 
À lire instamment...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire